La Misogynie dans Pokémon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Misogynie dans Pokémon

Message par NYU le Mer 15 Fév - 9:56

Il est assez courant comme démarche d'explorer une licence connue au travers d'un sujet de société. C'est sans grande originalité que je propose ce sujet : un sujet qui tente de rendre compte du traitement du sexe féminin dans Pokémon. Toutefois conscient de la simplicité du sujet, j'ai choisi de l'exploiter différemment. Il s'agit ainsi non pas d'établir un catalogue rébarbatif de tous les personnages féminins ainsi que de leur importance dans le jeu mais davantage de souligner des éléments de gameplay ou des traits caractéristiques des jeux en rapport avec cette notion. Je tiens à préciser que cet article est un article original, et ne s'appuie de fait sur aucune source existante à proprement parler ; ces théories n'engagent donc que ma personne.

L'injustice de la reproduction


Lorsque l'on évoque les questions de genre/sexe dans Pokémon, il est un domaine auquel nous pensons assez peu : le sexe des Pokémon. Avec son apparition — et le système de reproduction avec — dans la seconde génération, les Pokémon existants et les nouveaux Pokémon se sont vus attribué un ratio mâle/femelle. Cependant, la conception de ce système laisse entrevoir des problèmes certains quant à la représentation féminine dans le jeu. Voici quelques points révélateurs.

Les starters sont majoritairement masculins
Vous le savez peut-être, mais un starter féminin est difficile à obtenir : il n'y a que 12.5% de chances d'en obtenir un, soit une chance sur huit. Dès le choix des starters, la jeune fille qui souhaiterait simplement jouer avec un Pokémon de son sexe a énormément de chances de se voir attribué un Pokémon mâle. Mais plus encore, se voir attribuer un Pokémon femelle est assez mal vu notamment par les jeunes garçons. Ce système de ratio exacerbe les différences entre mâle et femelle et va également dans le sens suivant : une femelle est forcément entourée de nombreux mâles.
Évidemment, nous pouvons envisager la chose très différemment : avoir une proportion plus faible d'un sexe rend l'élevage plus complexe. Cela rajouterait à la difficulté d'obtenir de bons Pokémon staters — qui sont ainsi par nature des Pokémon rares. Le choix de privilégier les Pokémon mâles plus que les Pokémon femelles peut être attribué à une proportion bien plus importante à l'époque de joueurs masculins que de joueurs féminins.

La femelle donne l'espèce du Pokémon à la pension
Autre sujet problématique : la place de la femelle à la pension. En effet, en élevage, c'est l'espèce de la mère qui sera déterminante pour l'espèce de l'enfant et non l'inverse. On réduit alors la femelle à une simple fonction de matrice, de reproductrice tandis que le mâle reste finalement anonyme. D'un autre côté, il fallait bien faire un choix pour le bon fonctionnement de ce système. Mais tous ces petits détails viennent alimenter la thèse de la misogynie dans Pokémon.

La personne à la pension est toujours une femme
On vient clore ce point en ajoutant que dans toutes les versions, sans aucune exception, la personne à la pension a toujours été une femme. C'est elle qui s'occupe des deux Pokémon tandis que le personnage masculin qui donne les œufs est à l'extérieur du bâtiment.


Être femme, c'est secondaire


Dans les jeux comme dans l'anime, le rôle des femmes a souvent été placé en dehors de la trame principale. L'essentiel des jeux s'est toujours porté sur des histoires d'hommes, entre hommes. Il faut évidemment rappeler que la baston, c'est juste pour les garçons.

Le cas d'infirmière Joelle
Dans l'anime, elle est victime d'un gag récurrent du temps de Pierre et est finalement le symbole du sexisme dans l'anime. Totalement réduite à son simple et unique rôle de proie sexuelle, la plupart de ses interventions est uniquement liée à son sexe et non à sa fonction. Cette fois-ci dans l'anime comme dans le jeu, elle nourrit le fantasme de l'infirmière sexy tandis que le problème des faveurs sexuelles en milieu hospitalier est critique — au moins en France. Ajoutons que la couleur rose ne va pas beaucoup à l'encontre de ce constat.


Les filles dans l'anime : simples décorations
Pokémon a vu défiler de très nombreux personnages féminins dans le dessin animé mais se sont vues toutes pourvues de rôles décevants. Ondine était par exemple fan des Pokémon Eau qui sont les Pokémon les plus mignons, les moins féroces, les plus féminins. Mais pire encore, les personnages féminins suivants — surtout Aurore en réalité — se sont vus écartés totalement des combats et de l'avenir de dresseur pour se concentrer sur les concours. Il est difficile de ne pas y voir un certain sexisme. Ce fut encore le cas particulièrement avec Serena dans XY — qui doivent récupérer des clés de princesse.

Le méchant est un mâle
Les grands méchants du jeu comme de l'anime ont toujours été des hommes — ou presque. Ce sont des hommes qui dirigent, qui dominent et qui possèdent le pouvoir tandis que les femmes sont des sbires ou des personnages plus secondaires dans les Team. La prévalence des personnages masculins sur les personnages féminins quant aux tenants et aboutissements du scénario de Pokémon laissent envisager une conception misogyne des rapports de puissance : seul le mâle peut détenir le pouvoir.


Le rôle de la mère
Enfin, nous devons revenir sur le rôle de la mère dans Pokémon : elle ne sert à rien. Femme au foyer, le père est apparemment un aventurier tandis qu'elle attend patiemment son retour. Une conception très moyen-âgeuse de la femme véhiculée donc à la fois par l'anime et par le jeu.

À partir de la quatrième génération, une lueur d'espoir


Cynthia, précurseur du rôle féminin
Et c'est Cynthia, maître de la ligue, qui vient faire mentir pour la première fois cette avalanche d'accusations. Elle est le premier vrai personnage important féminin du jeu et de l'anime : c'est le portrait d'une femme forte qui vainc la Team avec l'aide du héros. De plus, elle possède un Carchacrock, Pokémon de type dragon et qui ne fait que renforcer son image et son charisme. Dianthéa en sixième génération vient confirmer cette présence des personnages féminins au centre de la licence.


Un professeur Pokémon féminin
Enfin, le professeur Keteleeria dans Pokémon Noir et Blanc brise la tradition du Professeur masculin dans Pokémon. Pour la première fois, le premier personnage du jeu est un personnage féminin. On notera cependant que le professeur des îles Orange était également une femme : le professeur Flora mais rejoignait le stéréotype de la fille adepte de Pokémon eau.

Pour conclure cette courte exploration du sujet, on note le fort sexisme et la tendance misogyne des premiers jeux. Il est vrai qu'à l'époque le public de Pokémon était très majoritairement masculin mais sans doute est-il également du ressort des jeux vidéos de faire changer les mœurs ? Il est évident que l'on ne peut que montrer du doigt ces anomalies et ces discriminations mais malgré tout, la tendance des derniers jeux — qui a dit occidentalisation ? — est très généralement à l'ouverture sur ces sujets.
NYU
Rédacteur NYU
avatar

Date d'inscription : 14/10/2016
Messages : 1716
Localisation : Nord de la France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Misogynie dans Pokémon

Message par Gobou le Mer 15 Fév - 11:57

Note : Vu que je viens de delete accidentellement mon précédent texte, je suis obligé de le ré-écrire. Néanmoins, comprenez qu'il soit un peu plus concis en raison de ma rage intense.


Comme je te l'ai dit sur le chat, je suis d'accord avec à peu près rien du tout. Mais je ne pense pas te surprendre. :')
Je pense que la misogynie est un problème qui s'étend plus globalement au marché vidéoludique. Les femmes sont souvent relayées au rang de "princesse à sauver", les personnages principaux sont rarement des femmes et cetera... Un article Wikipédia a été consacré là-dessus donc je ne vais pas trop m'étendre sur le sujet, d'autant plus que j'ai déjà perdu beaucoup de temps en deletant stupidement mon message.  

Néanmoins, concernant le cas plus spécifique de Pokémon, je pense que c'est un jeu qui, au contraire, n'est pas misogyne.
Tu as fait le choix respectable de ne pas dresser de catalogue. Néanmoins, ce choix oriente fortement ton article car tu ne retiens finalement que les "mauvais exemples" (notes les guillemets) sans évoquer les contre-exemples. Or, en fonction des exemples que tu retiens, on peut aboutir à une conclusion radicalement différente. Il me faut corriger cette injustice ! Je vais donc répondre point par point si tu me le permets.

Les starters sont majoritairement masculins
Vrai. Néanmoins, comme tu l'as dit juste en dessous, l'espèce de la femelle définit celui du bébé. Et il est donc plus intéressant, du point de vue de la reproduction, d'obtenir un starter femelle, et c'est pour cette raison que celui-ci est plus rare.

La femelle donne l'espèce du Pokémon à la pension
Comme tu l'as dit, c'est sans doute un choix de gameplay. Mais je ne comprends pas vraiment en quoi le fait que la femelle définit l'espèce soit dégradant. Ce serait même plutôt l'inverse car c'est elle qui obtient le rôle important.

La personne à la pension est toujours une femme
Là encore, je ne vois pas en quoi le rôle de commerçante est spécialement dégradant. Tu ne l'expliques pas vraiment d'ailleurs. Rien n'indique que le personnage masculin, bien qu'il donne des œufs, est exclu de l'élevage. Ils se partagent les tâches, point barre.

Le cas d'infirmière Joelle
Si ses interventions sont régulièrement liées à son sexe, c'est surtout de la faute de Pierre qui est probablement le plus tourné en dérision ici.
Concernant le fameux fantasme de l'infirmière. C'est vrai. Mais si on commence à exclure les femmes de toute profession qui peut potentiellement susciter un fantasme, on ne s'en sort plus. Ça concerne beaucoup de métiers dont les affaires ou la police. A propos de la police d'ailleurs, pourquoi ne pas avoir évoqué le cas de l'officier Jenny ? N'est-ce pas une fonction prestigieuse et qui lui confère un certain pouvoir ?
Enfin sur la couleur rose. Pardon, mais je trouve qu'affilier la couleur rose à une fille et le bleu à un garçon ne suffit pas pour parler de misogynie. C'est surtout une construction sociale qui n'est pas forcément un grand mal non plus.

Les filles dans l'anime : simples décorations
Tu noteras que les personnages masculins ne font rien de bien glorieux non plus. Pierre, le plus connu, fait principalement de l'élevage et, comble de la décadence, la cuisine. Rachid n'est pas bien intéressant non plus et ne parlons pas de Jacky.
En comparaison, les filles ont un minimum d'intérêt, à travers les concours notamment. Tu prends l'exemple de Serena, mais celle-ci bénéficie d'un certain développement dans la série (les fans se souviendront de la scène où elle fait le point et le symbolise en se coupant les cheveux ... bon dit comme ça c'est pas très impressionnant mais la scène est sympa)
Par ailleurs, je me demande bien comment tu peux démontrer que le type eau est le plus "féminin". Elle aurait eu un Mélofée, je comprendrais. Mais je ne vois pas en quoi Stari, Psykwakwak ou même Léviator font plus "féminins" que "masculins".

Le méchant est un mâle
Tu remarqueras que "leader d'une team antagoniste" n'est pas la seule fonction de pouvoir dans Pokémon. Une bonne partie (certes pas majoritaire) des champions d'arènes sont des femmes. Idem pour le conseil 4.

Le rôle de la mère
Evidemment que la mère ne sert quasiment à rien : Pokémon se base sur un gamin qui quitte la maison pour partir à l'aventure et prend ainsi son indépendance. Ce sont les parents, de façon générale, qui ne servent à rien.
Les deux seules exceptions sont dans les deuxième (la mère qui fait des économies pour le dresseur ... ce qui n'est pas très utile mais c'est là quand même) et troisième génération (avec le père champion d'arène).

J'ajouterais à tout cela que dès Pokémon version Cristal, on pouvait choisir le sexe de l'avatar. C'était initialement prévu dès la première génération - Gold l'a démontré - mais c'est une possibilité qui a été retirée. Néanmoins, on peut difficilement taxer les premières générations de "sexistes". C'est pour cette raison que je ne crois pas qu'il y a eu un quelconque tournant à la quatrième génération avec Cynthia.
Enfin, si les exemples où les femmes sont tournées en dérision sont nombreux, il en est de même pour les hommes.

Je ne vais donc pas te dire que j'ai apprécié l'article. Mais il a le mérite de susciter un débat. De façon générale, je me méfie de cette grille de lecture "féminisante" qui nous détourne des véritables sujets concernant le féminisme (égalité salariale etc...). Mais je m'égare. :')

Note : Et par pitié, arrêtez d'écrire "moyen-âgeuse", ça présente la période médiévale comme étant un âge d'obscurantisme ce qui est bien plus complexe que ça. :((


~ On dit que les Normands n’aiment pas beaucoup parler
Ce n’est pas qu’ils n’aiment pas parler, c’est qu’ils n’aiment pas répondre.
Ce qui n’est pas la même chose. ~
Fred Vargas
Gobou
Ancien Powerien
avatar

Date d'inscription : 08/04/2016
Messages : 1023
Localisation : Normandie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Misogynie dans Pokémon

Message par BlazePhoenix le Dim 19 Mar - 23:01

De la même manière que Gobou, je suis plus ou moins d'accord avec tout ce que tu dis. Il est vrai qu'il y a eu toujours, même trop malheureusement, de cas où la misogynie est comprise dans la philosophie actuelle. Le jeu étant inspiré et adapté à ce large public va doit avoir tendance à s'inspirer de cette philosophie, et Pokémon ne fait pas exception. Toutefois, ce n'est pas non plus une généralité totale, et je vais donc tenter de l'expliquer comme je le peux.
NYU a écrit:Les starters sont majoritairement masculins

Comme tu l'as dit, le sexe féminin est toujours mal vu en starter, surtout pour les jeunes garçons. Même si les mentalités ont un peu évolué (surtout dans le cas où on passe en mode stratège, donc un élevage plus présent). C'est d'ailleurs ce qui pourrait expliquer aussi les personnes qui ont littéralement hué Goupelin, "Otaquin" (en partie) et ses évolutions, à cause justement que leur aspect féminin trèès prononcé (surtout Otarlette).

D'un point de vue stratégique, comme l'a dit Gobou et toi, la rareté de sexe féminin au starter rend plus difficile la capacité d'avoir un bon Pokémon offensif, bien que commencer par une femelle facilite grandement cette tâche.
NYU a écrit:La femelle donne l'espèce du Pokémon à la pension

Bien que ce soit un choix de Gameplay évident, je pense que c'est aussi pour avoir une reproduction naturelle, plutôt que fonction de "reproductrice". Certes, lorsqu'on fait de l'élevage strat, elle est souvent représenté comme telle (et encore, la méthode reste tout de même très complexe pour vraiment expliquer en quelques mots).

Mais si on voyait une pieuvre donner naissance une otarie, ça ferais pas... bizarre ? C'est pourtant ce qui arriverait si le mâle était plus représenté dans le bébé, même si on aurait plus une mutation de pieuvre à allure d'otarie. Je n'invente rien, ces Pokémon sont Octillery et Otaquin, tous deux appartenant au groupe Aquatique 1. Comme quoi, c'est plus lié au groupe d'œuf souvent bien "Pokemon Logic" et par cohérence d'espèce qu'on est arrivé à avoir celle de la mère.

NYU a écrit:La personne à la pension est toujours une femme

Ce point est, comme l'a dit Gobou, incomplet et pas réellement dégradant pour la femme de la pension. Autre point qui peut s'ajouter au dire de Gobou : Il récupère les œufs. Comment peut-il le faire aussi rapidement sans y assister directement ?
D'autant plus que dans la pension de RVBJ (Et même dans ses remakes d'ailleurs !), elle ne prend qu'un Pokémon à la pension. Ce qui montre une fois de plus que s'occuper de deux Pokémon est une chose impossible seul, tant il faut autant de temps.
NYU a écrit:infirmière Joelle

En apparence, OUI. C'est le côté rose bonbon qui peut le faire. Mais c'est surtout un côté très bas de la misogynie en réalité.
Cependant, je suis aussi énormément du côté de Gobou. Les interventions sont surtout liées à Pierre.
D'autant plus que tu as oublié de mentionner quelques moments où on n’en voit pas comme les autres. Une qui va tester d'avoir une alternative au badge pour aller à la ligues (1ère saison), une qui est capable de te faire de gros pétard pour le cadeau de Norman (saison 6, Pokémon chalenge), une qui pratique la Méga-Évolution (saison 17/18) et/ou se bat contre des dizaines de dragon. DES DRAGONS. L'ultime puissance pratiquée même par Peter lui-même. On ne peut pas dire que c'est à la portée de tous.

Gobou a également parlée de L'agent Jenny, mais je vais plus le mentionner dans l'autre point.
NYU a écrit:Les filles dans l'anime : simples décorations

Gobou, a bien expliqué comme quoi les personnages masculins n’étaient pas si glorieux que ça, et le fait que les filles ont souvent plus d'intérêt. On peut même rajouter le mec à la photo (oui tellement peu important que j'en ai oublié son nom) apparu pendant les 2/3 épisodes avant l'arrivée de Kassidy et Butch.

On va reparler aussi de L'agent Jenny, tiens. Dans l'anime, on voit bien des hommes dans la police de l'anime, ils sont tous assistant de l'agent jenny, en général. Et les Pokémons qu'elle possède sont aussi marque de puissance, sa passe par les Caninos et Arcanin dans les débuts, Elecsprint et j'en passe. Dans la saison 20, elle a même un Argouste !

Il ressemble vraiment à un Pokémon de fille ?

Ensuite, Le type eau, ondine... Gobou l'as expliqué, mais lorsque dans l'équipe tu as un Léviator, je n’appelle pas ça un Pokémon «féminin". Et honnêtement, si on devait mentionner un type plus féminin d’autre, surtout pour son côté « rose bonbon » et « mignon », c’est littéralement le type fée.  Même les attaques de type câlin sont incluses dans le lot. Et même pour ce type, tu as Mysdibule ou Mimiqui (oui, même lui) qui te permettent de donner un contre argument. Alors le type eau... il est bien loin de la misogynie mentionné, même si on pourrait croire qu'il est faible à l’abord.

Si c’est juste lié au côté faible de certains Pokémon eau, sache que le type eau est l’un des types contant le plus de Pokémon, l’autre étant le type normal. Il est donc normal que la plupart sont faible, du fait de son large choix de Pokémon.
Le méchant est un mâle

Gobou a expliqué mon point de vue. Même si les premières maîtres arrive à partir de la 4ème , le rôle de champion d’arène ou de conseil 4, c'est quand même des grosses fonctions. Dans la génération 2, il y a même la fille de Koga qui prend le relai, et en même pas 3 ans, elle fait le même taf que son père.

On peut aussi rajouter les leaders des teams, où elles ont un rôle aussi important. Ou bien de Annette, première remplaçante de Léo, qui te reprend l’outil que tu peux rien faire sans, le PC, et ce  avant qu'Amelle ou Bolettta prennent le relai.
Le rôle de la mère

Gobou a tout dit. Lisez son passage.
je vais même rajouté une chose à ce qu'il a dit, comme preuve supplémentaire

Gobou, Fils de Laggron a écrit:J'ajouterais à tout cela que dès Pokémon version Cristal, on pouvait choisir le sexe de l'avatar. C'était initialement prévu dès la première génération
En effet, et c'est visible dans les remakes (ses personnages sont apparu à ce moment). On peut même mentionner le manga avec Green (Verte en français), qui est justement l'avatar féminin de la première génération.
Voila. :3


BlazePhoenix
Powerien*
avatar

Date d'inscription : 14/10/2016
Messages : 398
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Misogynie dans Pokémon

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum