[Débat] Protection de l'enfance et accès à la pornographie en ligne : quelle liberté pour nos enfants ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En ce 23 Septembre 2016, une colloque organisée par le député J.-F. Poisson s'est déroulée à l'Assemblée nationale avec pour thème :

"Protection de l'enfance et accès à la pornographie en ligne : quelle liberté pour nos enfants ?"

En tant qu'internaute, nous savons que la pornographie est particulièrement présente sur Internet. Online MBA a estimé à 12% la part des sites à caractère pornographique sur Internet (ce qui représenterait 24 644 172 sites). La plupart de ces sites obligent les utilisateurs à cocher une case avant d'accéder au contenu pour indiquer qu'ils sont bien majeurs. Une protection assez fragile. Mais que peut-on faire de plus ?

C'est dans ce contexte que le président du Parti-démocrate-chrétien a décidé d'organiser une colloque. Je pourrais la présenter longuement, mais je préfère vous renvoyer à la lettre d'invitation que vous pouvez retrouver ci-dessous :

Jean-Frédéric Poisson a écrit:En moyenne, un enfant à 11 ans quand il est exposé pour la première fois à du contenu pornographique en ligne. Avec le développement des technologies et d'internet, la pornographie est devenue la première porte d’entrée des enfants à la sexualité. Quel est l’impact de l’exposition précoce à la pornographie en ligne ? Quelle est cette liberté sexuelle qui soumet les enfants et adolescents au diktat de la consommation et de la performance ? Comment agir face à Internet ? Il est impératif d’agir vite et collectivement. Nous sommes tous concernés. Législateurs, philosophes, médecins, sexologues, éducateurs, journalistes, acteurs associatifs, producteurs de films, acteurs de l’Internet, venez débattre avec des intervenants de tous horizons.

« Que ferons-nous pour protéger l’enfance de la violence de la pornographie ? »

Jean-Frédéric Poisson est député des Yvelines et VicePrésident de la commission des lois. Engagé en faveur du respect de la dignité humaine, Jean-Frédéric Poisson a pris l’initiative d’organiser ce débat à l’Assemblée nationale afin de :
■ Sensibiliser l’opinion et les pouvoirs publics sur la réalité de l’exposition de plus en plus précoce des enfants et adolescents à la pornographie en ligne ;
■ Mesurer les effets de cette exposition précoce à la pornographie sur les mineurs ;
■ Interroger les notions que sous-tend l’essor de la culture porno ;
■ Rassembler les différents acteurs pour lutter efficacement contre ce fléau. « J’ai fait le choix d’inviter des acteurs d’horizons très différents. Cette diversité d’intervenants peut surprendre. Elle s’explique par un constat partagé par tous les intervenants, à savoir que l’exposition précoce à la pornographie est un fléau. Et une volonté commune : agir. En prenant l’initiative de ces rencontres, je souhaite que soient décidées dans les meilleurs délais des actions fortes et courageuses qui concourent à cette protection de l’enfance qui devrait être une priorité publique.

Jean-Frédéric Poisson
Texte original

Et vous ? Que pensez-vous de la pornographie sur Internet ? Considérez-vous que cela peut être nocif pour les jeunes utilisateurs ? Ou, plus largement, pour la société en général ?
Gobou
Réseauteur Gobou
avatar

Date d'inscription : 08/04/2016
Messages : 1232
Localisation : Normandie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

                            


Dernière édition par Nuri Yuri le Mar 31 Jan - 20:36, édité 1 fois
Invité
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Je pense personnellement que l'on s'attaque au mauvais problème, profondément: la question n'est pas du tout l'accès au porno, c'est une fausse problématique. De plus, je ne suis pas du tout convaincu de l'influence nocive du porno sur de jeunes enfants tel que sus-cité. Jamais regarder un porno ne mènera à des pratiques sexuelles "incorrectes" ou à des dérives comportementales graves sur un enfant et plus généralement un sujet bien construit.
Dans ce cas précis, le plus souvent, le porno n'est pas le problème: le problème est antérieur, souvent en rapport avec les phases anales et phalliques. Reste le cas de l'addiction qui lui est un vrai problème, je le concède, mais n'est pas seulement lié aux enfants et est donc hors propos.

Mais j'évoquais qu'il ne s'agissait pas du vrai problème. En effet, le problème de la pornographie, c'est qu'elle oublie l'hominisation dont nous sommes le résultat. Elle fait appel à une pulsion à peine déguisée qui vient chasser le désir: on retrouve notre problématique d'addiction. Les contenus "pornographiques" ont toujours existé mais le porno tel que nous le connaissons a mis au placard toute la sophistication, la finesse humaine dans l'acte sexuel. Le porno actuel nous demande de jouir de la représentation de notre bestialité, de notre animalité. Peut-on concevoir une pareille attaque à notre qualité d'humain ? Je ne crois pas.

Finalement, l'émergence du porno sur Internet s'est faite de concert avec l'hypersexualisation de cette dernière décennie. Il me paraît évident que les deux phénomènes se sont inter-alimentés. Ce que personne n'a compris ou ne veut comprendre, c'est que cette hypersexualisation n'est pas un mal: au départ, il s'agissait vraiment d'un courant de pensée, d'une posture.
C'est dès le moment où on a mis de telles représentations dans les mains de personnes peu initiées à la réflexion que cette hypersexualisation s'est transformée en un phénomène pulsionnel.

Le problème est véritablement celui-ci et non pas celui des enfants. N'oublions pas que la plupart des enfants, même s'ils ne s'en souviennent généralement pas, on inventé toute la sexualité entre 4 et 7 ans.

En somme, le problème posé par la pornographie et son accès est un faux problème: c'est un phénomène aussi banal qu'un autre qui entraîne une réflexion sur l'éducation à la fois parentale et scolaire, rien de plus.
Invité
avatar


Revenir en haut Aller en bas

                            


Dernière édition par Nuri Yuri le Mar 31 Jan - 20:36, édité 1 fois
Invité
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Je suis en plein désaccord avec ce point de vue et je parlais bien de porno et non de contenu érotisant. Ce que j'affirme, c'est qu'un porno ne pourra jamais créer un trouble chez un individu, sauf si ce trouble est déjà présent. Dans ce cas, ce n'est évidemment pas le porno le problème mais le trouble antérieur. Le porno est donc un faux problème. Je rapproche parfaitement le porno et la consommation de porno des toc: ce sont des phénomènes de rassurance qui traduisent un déséquilibre profond. Si jamais on chasse ce trouble visible, il réapparaîtra d'une autre manière, voilà tout.
J'ai beaucoup de mal entre familles bourgeoises et non bourgeoises. Je n'aime pas ce que la phrase insinue, mais je vais passer ceci comme étant une simple maladresse. Je pense que tu idéalises beaucoup l'éducation bourgeoise ; je ne viens personnellement pas du tout - mais alors pas du tout - d'un milieu bourgeois mais je connais malheureusement des personnes de familles très aisées qui ont mal vécu leur éducation et leur enfance. Je pense que ça n'a rien à voir ; je ne parlais pas ici d'éclairage culturel mais de stabilité de l'enfant en terme de briseur de couple. Je te renvoie abondamment à Freud sur ce sujet.

Il est évident qu'on doit différencier sexualité et pornographie. Comme je l'évoquais précédent, la pornographie procure de la rassurance. Le phénomène est très compréhensible: les plus gros consommateurs sont les jeunes garçons, et l'éducation veut culturellement que les garçons ne parlent pas de leur sexualité contrairement aux filles qui sont sur-informées. En somme, il reste simplement les pairs ce qui donne lieu aux conversations adolescentes que l'on connaît et d'autres espaces comme celui de la pornographie.
Je pense au contraire qu'il est nécessaire cependant de lier cette phase phallique puis sado-phallique à la pornographie: elle s'inscrit dans le même esprit de rassurance. N'oublions pas que la plupart des enfants inventent notamment le sadomasochisme à cette période ; ce genre de pratiques est assez proche de ce qui est montré régulièrement dans le porno.
Invité
avatar


Revenir en haut Aller en bas

                            


Dernière édition par Nuri Yuri le Mar 31 Jan - 20:36, édité 1 fois
Invité
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Pour ce qui est des familles, ce n'est absolument pas parce qu'une famille est aisée que l'éducation sera meilleure. La plupart des gens très aisés s'occupent finalement assez peu de leur progéniture.

J'avais bien saisi que tu n'avais pas compris le principe de rassurance. C'est pour ça que tu multiplies les incompréhensions face à mon discours. Je fais ici référence à une banque de connaissances principalement en philosophie, psychanalyse et sociologie. Je t'invite un jour à lire Freud avec attention, il est un des premiers à évoquer ce phénomène de rassurance et l'explique surtout d'une manière accessible aux non-initiés.
Invité
avatar


Revenir en haut Aller en bas

                            


Dernière édition par Nuri Yuri le Mar 31 Jan - 20:37, édité 1 fois
Invité
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Cinq leçons sur la psychanalyse peut être un bon début, mais la lecture simple d'un ouvrage de Freud ne t'éclairera pas sans pousser le tout à un puissant effort de compréhension et d'analyse.
Invité
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum