[Test] Pokémon Version Lune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Test] Pokémon Version Lune

Message par Gold le Mar 15 Nov - 23:23

Pokémon Soleil & Lune vont faire leur entrée en magasin et dans tous les foyers dans pas très longtemps. Étant d'ores et déjà venu à bout de l'aventure principale, je vous propose donc en exclusivité ma première critique du jeu, se basant uniquement sur cette première partie - quant au postgame, il fera l'objet d'un post ultérieur. Ce post ne contiendra aucun spoil important vis-à-vis du jeu, et sera découpé, une fois n'est pas coutume, de façon assez conventionnelle. En revanche, il y aura assez peu de screens, n'ayant pas pu en faire de ma partie.

Un mot sur la localisation tout d'abord : Je n'ai aucune idée de ce que vaut le jeu en français. C'est très simple, si vous comprenez l'anglais, je ne vois pas pourquoi vous vous passeriez d'une VA excellente, qui parvient à instaurer une véritable ambiance des îles. Perso, je préfère un Professeur Kukui (Kukui étant le nom hawaiien de l'arbre national d'Hawaii) me disant "Welcome to paradise, cousin !" à un professeur Euphorbe me disant texto "Bienvenue à Alola, le paradis des Pokémon !", et je préfère nettement rencontrer Hala que l'horrible Pectorius - d'ailleurs beaucoup de noms de la VA sont directement transcrits de la VO.

Ainsi, l'ambiance îles saute pour quasiment tous les noms propres, et si ça n'impactera pas forcément votre expérience de jeu, je ne saurais que vous recommander une fois supplémentaire de le faire en anglais si vous en avez les compétences.
De ce fait, les noms employés par la suite seront tous issus de la VA.


Vous êtes un jeune garçon / une jeune fille à la teinte de peau oscillant entre le blanc très pâle et le noir le plus foncé qui vient de déménager de Kanto à Alola, archipel composé de quatre îles. Vous rencontrez rapidement une jeune fille, Lilie, qui tente de protéger un petit Pokémon qu'elle surnomme Nebby. Tapu Koko, le gardien de l'île, vous sauve d'un destin funeste ; puis le professeur Kukui, lorsque vous le rencontrez enfin vraiment, vous propose de faire le challenge des îles, une épreuve proposée à tous les jeunes gens de l'archipel, censée les endurcir au travers d'une variété d'épreuves. Vous devrez composer avec la Team Skull, qui n'a a priori guère d'autres objectifs que de voler les Pokémon des gens pour les revendre, ainsi qu'avec la Fondation Aether, qui pour sa part voue son existence à la protection des Pokémon. Deux pensées diamétralement opposées, avec un "camp du mal" et un "camp du bien", donc.

Le jeu se veut plus cinématique et mis en scène que n'importe quel autre Pokémon, c'est particulièrement vrai pour la séquence d'ouverture et pour la séquence finale, d'une longueur sidérante, pour laquelle je ne peux que vous encourager à laisser votre console branchée en jouant.

Les décors sont extrêmement variés. Je n'ai jamais vu un Pokémon aussi fourmillant de couleurs. Et les moments de pluie sont particulièrement notables : On ressent bien une pluie tropicale, et même si un écran nous sépare du jeu, sa chaleur est aussi présente que le froid incontestable de l'emplacement dédié à la glace. J'aurais aimé plus de pluie dans le jeu.
Il y a des passants un peu partout. Ils n'ont rien d'intéressant à dire, mais donnent de la vie au jeu, allant et venant de façon parfaitement naturelle.
Enfin parlons réalisme et intérieurs - Les îles abritent diverses infrastructures telles que ce que l'on peut trouver dans la vraie vie (des offices de tourisme, une grande surface alimentaire notamment), un grand nombre de portes délibérément closes, et les maisons sont vraiment meublées. Il est plus commun de visiter deux pièces avec cuisine et lits qu'autrefois, et ce souci du détail fait réellement plaisir.


Il est temps d'évoquer le gameplay. Si chaque génération antérieure apportait un petit lot de nouveautés, Game Freak opte cette fois pour de la nouveauté grand spectacle, en empilant les nouveaux mécanismes de jeu les uns par dessus les autres.
Petite modification au niveau des attaques : Un certain nombre change au niveau de la puissance et du nombre de PP, notamment Vampirisme, qui devient enfin intéressant.

La région d'Alola n'a pas de champion, que des épreuves. Ces épreuves sont données par leurs capitaines respectifs. Il y en a sept, réparties sur les îles, et elles sont toutes dédiées à un type. Lorsque vous terminez les épreuves d'une île, vous devez affronter le kahuna de l'île pour valider votre victoire. Chaque victoire sur une épreuve et chaque victoire contre un kahuna vous octroiera un Z-Crystal, qui vous permettra de déclencher le coup ultime du type qui lui est associé. Tous les types n'étant pas représentés, vous obtiendrez les cristaux manquants au cours d'évènements scénarisés, voire dans la nature. Le jeu propose aussi des cristaux associés à des Pokémon précis.

Parlons d'abord des épreuves. Lors d'une épreuve, vous devez accomplir une mission donnée, et vaincre le Pokémon totem de la zone. Le temps que dure l'épreuve vous ne pouvez ni sortir de la zone, ni capturer le moindre Pokémon sauvage. Le Pokémon totem, c'est un Pokémon plus fort que la normale, entouré d'une terrifiante aura qui booste ses stats. Et il appelle un pote, pour vous prendre à deux contre un.
Les épreuves sont du génie. Le jeu a un humour incroyable, jamais rencontré dans aucun Pokémon jusque-là. La plupart des épreuves vous feront certainement rire, d'ailleurs. Les Pokémon totems quant à eux mettront vos nerfs à rude épreuve, et j'ai pour ma part passé un assez mauvais quart d'heure face au Pokémon totem de la plante.


Les cristaux permettent, une fois par combat, d'appeler un coup ultime lié aux capacités connues par votre Pokémon. Ils peuvent être tenus par vos Pokémon de façon indéfinie. Cette mécanique est au coeur du jeu, et bien mieux amenée que les méga-évolutions lors de la sixième génération. En ce qui concerne les méga-évolutions elles n'apparaissent pas du tout pendant l'aventure principale.

Pour franchir les obstacles, le joueur de Pokémon compte souvent sur des objets rares et autres CS. Rien de tout cela ici, puisque tout est remplacé par la chevauchée de Pokémon, accessible à tout moment. C'est pas moins de sept Pokémon qui vous seront confiés lors de votre aventure, et si certains proposent des fonctions que l'on pouvait retrouver dans les générations précédentes, d'autres offrent des alternatives de gameplay totalement inédites. Il est à ce titre très intéressant de savoir que le jeu offre non pas un mais deux Pokémon surfeurs... Par contre presque aucune surface d'eau n'est obligatoire à l'exploration et il n'y a aucun Pokémon capable de plonger, un comble pour un jeu se déroulant sur des îles !
Je vais démystifier tout de suite la chevauchée de Dracaufeu : C'est juste la CS Vol. Il n'y a pas de Grand Envol. Voilà.

En parlant de CS, si le jeu n'en a pas, il a au moins 100 CT, là-dessus on nage en terrain connu.

Concernant les baies, elles repoussent une fois par jour à des endroits donnés - comme dans OAC ! -, et peuvent être cultivées dans le très oubliable mode Poké Pelago, accessible depuis le menu.
Depuis le menu, vous pouvez aussi accéder au mode online, poussif et mal conçu par rapport à celui de ROSA. Dommage. En revanche, c'est une bonne occasion d'ajouter que l'interface PC est plus intuitive que jamais, on apprécie. Notons aussi que la place vous permettant d'accéder à l'online offre également toute une gamme de boutiques, dont le fonctionnement n'est pas sans rappeler le boulevard de Noir & Blanc 2.

Parlons peu, parlons bien, parlons combats et difficulté du jeu.


Tout d'abord, sachez que les combats doubles souffrent de lags considérables, du moins sur Old 3DS. Ne pouvant pour le moment pas jouer au jeu sur New, je n'ai pas encore l'opportunité de vérifier ce qu'il en est ici.
En dehors de ça, les combats de Sun & Moon proposent enfin des prises de caméra dynamiques, comme ce que les jeux consoles de salon offraient dès la première génération. C'est un changement bienvenu et, accompagné de décors totalement en adéquation avec l'endroit où vous vous trouvez (sauf peut-être lors de ce duel malheureux déclenché sur le toit d'une habitation, que vous ferez bizarrement au sol), l'ancien joueur de Stadium, Colosseum et autres Battle Revolution se sentira en terrain connu, en voyant des dresseurs physiquement présents sur le terrain, capables de lancer tous les types de balls existantes - y compris celles de la 2G ! - et de soigner leurs Pokémon en leur jetant les objets utilisés.

Le Poké Finder est une autre nouveauté du jeu. On voulait une suite à Pokémon Snap, Game Freak tente le coup directement dans Sun & Moon. Et si la prise de photos est globalement accessoire (à l'exception d'une épreuve la rendant obligatoire), le mode de jeu s'avère véritablement plaisant. C'est aussi la seule fois du jeu où vous pouvez activer la 3D de profondeur.
En revanche, les photos, si elles peuvent s'exporter, sont horriblement compressées et le jpg ne leur fait pas grâce, dommage.


Au début de votre aventure, Kukui vous remet un Pokédex, et lui incorpore... un Motisma. Motisma, rappelons-le aux nouveaux venus dans le monde magique des Pokémon, c'est ce petit spectre électrique qui a pour particularité d'habiter les objets. Dans un monde où les Pokémon aident les habitants à tout moment, avoir un Pokédex Pokémon semblait tout indiqué.
Si le Pokédex en lui-même a une interface moins pratique que celle d'un HGSS ou d'un ROSA, Motisma contribue pour beaucoup au dynamisme de l'aventure, en faisant régulièrement diverses remarques sur l'écran du bas. Motisma fait aussi office de GPS, et montre les pages des nouveaux Pokémon attrapés y compris lorsqu'ils sont obtenus par évolution ou par échange.

Le jeu est extrêmement difficile.

Si vous obtenez très tôt énormément d'argent (avec lequel vous pourrez changer toute votre garde-robe d'ailleurs), et si le multi exp, qui donne de l'expérience à toute votre équipe, vous est rapidement remis, ce n'est pas un hasard. Ne pas le laisser activé relève du suicide, de la folie pure et simple. Car contrairement à la sixième génération, le jeu avec le multi exp est plutôt équilibré. Lorsque les adversaires démonteront toute votre équipe en ayant pourtant dix niveaux de moins que vous, ne venez pas pleurer. Et les Pokémon sauvages, comme les totems, peuvent appeler des potes à la rescousse, ce qui rend la capture extrêmement peu aisée.
C'est probablement le combat final qui vous donnera le plus de cheveux blancs, mais je n'entrerai pas dans les détails ici - croyez bien que j'aimerais.

La nouvelle génération de Pokémon ne semble pas a priori très fournie, mais tous les Pokémon 7G sont franchement très cools et plaisants à affronter. Quant aux Pokémon 1G obtenant une forme Alola, ils se révèlent à la fois charismatiques - pour la plupart - et redoutables en combat, d'autant qu'ils ont des double-types très intéressants. Avec 300 Pokémon, le Pokédex régional quant à lui offre un choix de Pokémon de toutes les générations franchement savoureux, on apprécie !

Qu'en est-il des "Ultra Chimères", tant vantées par les publicités pour le jeu ?
Eh bien... elles apparaissent dans le scénario, indubitablement, et y ont leur importance. Cependant, vous ne les affronterez véritablement qu'après le générique de fin, lors d'un post game apparemment monumental, dont je parlerai une autre fois - lorsque j'en serai venu à bout.

Petite note : Moon inverse effectivement le jour et la nuit par rapport à Sun. Si le pari pouvait paraître osé, il est plutôt réussi, et donne du cachet supplémentaire au jeu.
Je déconseille au passage largement l'usage de la Master Ball sur le premier légendaire que vous rencontrerez, qui a un taux de capture extrêmement généreux.

Le jeu n'a finalement que deux défauts : Un final qui traîne beaucoup (mais qui vous surprendra, sans l'ombre d'un doute, et reste excellent à tout autre point de vue), et votre "rival", petit garçon cliché de japanime, qui passe son temps à mettre ses mains derrière sa tête comme un gros abruti en souriant niaisement. Et il est obsédé par les sucreries. Bon sang Game Freak, c'est Pokémon, pas Inazuma Eleven !

Avant d'oublier un mot sur la musique : Elle est sublime, et comporte beaucoup de morceaux qui sont déjà parmi mes préférés de la licence Pokémon. Dommage, je ne peux pas les spoiler ici.

Avec une durée de vie d'environ 35 heures pour boucler l'aventure principale, et un post-game qui s'annonce phénoménal, avec des personnages beaucoup plus inspirés que ce qu'on a pu voir dans les trois générations précédentes, Sun & Moon s'impose comme étant le meilleur Pokémon de la 3DS - peut-être même le meilleur Pokémon de tous les temps.

Les quatre premières images illustrant ce pavé ont été empruntées à Nintendo Difference ; la dernière provient de ma partie


Dernière édition par Gold le Mer 16 Nov - 19:38, édité 3 fois



Gold
Modérateur Gold
avatar

Date d'inscription : 03/06/2015
Messages : 831
Age : 27
Localisation : Labyrinth City

Voir le profil de l'utilisateur http://www.u-timelab.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Test] Pokémon Version Lune

Message par Invité le Mer 16 Nov - 10:57

J'attendais avec impatience ton contre-rendu. Je vais peut-être me laisser tenter, finalement. Ce que tu dis ici est excessivement rassurant.

Cependant, une question primordiale me taraude: le héros se promène-t-il toujours avec un balais dans le postérieur ?
Invité
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Test] Pokémon Version Lune

Message par Gold le Mer 16 Nov - 16:28

C'est mieux que dans la démo si ça peut te rassurer :')

EDIT : En fait non, c'est à peu près pareil lulz, mais avec les effets de caméra et vu qu'on passe le plus clair de son temps à courir ou sur une monture c'est pas grave grave non plus quoi.


Dernière édition par Gold le Mer 16 Nov - 17:49, édité 1 fois



Gold
Modérateur Gold
avatar

Date d'inscription : 03/06/2015
Messages : 831
Age : 27
Localisation : Labyrinth City

Voir le profil de l'utilisateur http://www.u-timelab.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Test] Pokémon Version Lune

Message par Invité le Mer 16 Nov - 17:09

Me voici donc grandement rassuré. Le jeu trouvera donc sans doute sa place sous mon sapin ou dans le courant de l'année prochaine. (:
Invité
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Test] Pokémon Version Lune

Message par Gold le Mer 16 Nov - 17:50

J'ai édité mon message, c'était pas tout à fait vrai : Oui le héros marche toujours de façon rigide, mais c'est pas gravissime vu que tu vas passer plus de temps à courir ou sur des montures qu'à vraiment marcher :')



Gold
Modérateur Gold
avatar

Date d'inscription : 03/06/2015
Messages : 831
Age : 27
Localisation : Labyrinth City

Voir le profil de l'utilisateur http://www.u-timelab.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Test] Pokémon Version Lune

Message par Invité le Mer 16 Nov - 18:03

Disons qu'après avoir vu les 30 premières minutes de jeu, j'ai été assez convaincu. Je tâcherai de passer outre. (:
Invité
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Test] Pokémon Version Lune

Message par Gold le Mer 16 Nov - 19:36

Erratum - j'ai visiblement confondu Tonnerre et Fatal-Foudre en jount en anglais, mea culpa :')
Ceci, et le nombre de Pokémon du dex, ont été corrigés.



Gold
Modérateur Gold
avatar

Date d'inscription : 03/06/2015
Messages : 831
Age : 27
Localisation : Labyrinth City

Voir le profil de l'utilisateur http://www.u-timelab.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Test] Pokémon Version Lune

Message par Gold le Jeu 24 Nov - 13:17




Gold
Modérateur Gold
avatar

Date d'inscription : 03/06/2015
Messages : 831
Age : 27
Localisation : Labyrinth City

Voir le profil de l'utilisateur http://www.u-timelab.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Test] Pokémon Version Lune

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum