Pokémon : Troisième génération

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pokémon : Troisième génération

Message par Gold le Sam 5 Nov - 23:24

En 1996, c'est le début de la déferlante Pokémon, avec la première génération, qui s'accompagne d'un merchandising costaud.
Le temps passe, la licence sort du Japon et change drastiquement la face de la culture dans le monde. Une seconde génération voit rapidement le jour, puis Nintendo annonce l'arrivée d'une nouvelle génération de console après la Game Boy Color : Commence l'ère de la Game Boy Advance et de sa comparse de salon, la Nintendo GameCube. C'est sur ces consoles que commença la troisième génération de Pokémon, avant de se terminer tranquillement sur Nintendo DS. Petit tour d'horizon.

Pokémon Rubis & Saphir

Pokémon Or & Argent ont tout dévasté sur leur passage. Ils doivent rester dans la légende comme les jeux Pokémon les plus aboutis de tous les temps, bien que leurs remakes, HeartGold/SoulSilver, fassent un travail encore plus phénoménal.
Tout comme OAC avant eux, Rubis et Saphir sont fournis avec une horloge interne. Cette horloge est gérée par une pile de sauvegarde incluse dans la cartouche. Problème : Tout comme les piles des cartouches OAC, ces piles ont une durée de vie limitée à une dizaine d'années. Cela reste moins grave que pour OAC, puisque les jeux continuent de sauvegarder : En fait, seule l'horloge s'arrête, ainsi que les évènements qui lui sont associés - Si vous jouez à une cartouche de Rubis, Saphir ou Emeraude dont la pile ne marche plus, deux conseils : Mettez une heure de marée basse (19h30 semble un bon compromis) pour accéder à l'étage inférieur de la Grotte Tréfonds, seule façon de récupérer Stalgamin et la CT Grêle ; et ne plantez surtout pas de baie à moins de vouloir les voir en terre pour toujours.


Rubis & Saphir proposent une région entièrement nouvelle, et, pour la première fois de l'histoire de Pokémon, une différence notable dans le scénario des deux versions : Il s'agit ici de la Team affrontée, Magma dans l'une, Aqua dans l'autre.
Le jeu propose énormément d'innovations pour l'époque, et si les testeurs trouvaient qu'il n'exploitait pas vraiment la GBA au maximum de ses capacités, ces jeux ont tout de même apporté un certain nombre d'innovations, à commencer par la façon dont sont codés les Pokémon - Cette structure, qui était bien différente auparavant, est gardée jusque dans les jeux actuels.

Outre les changements esthétiques (traces de pas dans le sable, reflet dans l'eau) et les chaussures de course, R&S inventent la CS Plongée (qu'on ne verra pas de la quatrième génération), et apportent à la série principale un élément capital qui n'existait, dans les générations précédentes, que dans les Pokémon Trading Card Game : Les chaussures de course.
Bien entendu R&S tiennent compte de tous les changements apportés par Cristal (excepté les sprites des Pokémon en mouvement, qu'on ne retrouvera que dans Emeraude). On retrouve donc le choix garçon/fille et les panneaux d'indication de lieux. Le système de baies est également entièrement modifié par rapport à OAC, où les baies repoussaient simplement une fois par jour.

R&S c'est aussi l'arrivée un peu timide (un seul est obligatoire lors d'une partie de Rubis ou Saphir) des combats doubles.

Niveau équilibre de jeu, la différenciation Physique/Spécial obéit encore aux règles des générations précédentes, où les coups appartenaient à l'une ou l'autre catégorie en fonction du type du coup porté.

Enfin, la troisième génération apporte un nombre dantesque de nouveaux Pokémon : 135, dont deux fabuleux.
C'est aussi la première fois que Game Freak lâche le slogan "Attrapez-les tous", ce qui n'est pas anodin : Le Pokédex régional de Hoenn comporte 202 Pokémon. C'est la première fois de la saga que le Pokédex ne contient pas tous les Pokémon existants. De plus, dans le cas de R&S, il est nécessaire, pour débloquer le dex national, de récupérer par échange un Pokémon national issu d'un jeu où ledit dex a déjà été débloqué.

On a souvent reproché au jeu d'avoir trop d'eau : Trop de surfaces d'eau (un bon tiers de la région est composé d'eau à surfer), trop de coups aquatiques nécessaires pour finir le jeu. Pour ma part, ce déséquilibre fait aussi un peu le charme du jeu.

Pokémon Pinball Ruby & Sapphire


La suite du premier Pokémon Pinball est aussi le seul spin-off sorti exclusivement sur GBA - du moins jusqu'à ce que soit publiée sa version console virtuelle sur Wii U. Un peu plus équilibré que son prédecesseur, Pinball R&S n'en reste pas moins rageant par moments. Quoiqu'il en soit le jeu comporte le dex régional de Hoenn + quelques exclus. Cerise sur le gâteau : Si vous y jouez en utilisant un Game Boy Player, sachez que la manette GameCube pourra bénéficier de sa fonction vibration. Pinball R&S est à ce titre l'unique jeu Pokémon à afficher un logo "Game Boy Player" à l'ouverture du jeu.

Pokémon Channel

Dans Pokémon Channel, vous incarnez une jeune personne en vue FPS, qui devient rapidement amie avec un Pikachu. Le professeur Chen vous charge alors basiquement de regarder des programmes télévisés.
Pokémon Channel est le successeur de Hey You Pikachu, jeu 64 resté cantonné au Japon et aux USA, où vous pouviez contrôler un Pikachu au micro. Dans Channel, si l'essentiel du jeu se résume à regarder la télé, on vous encourage tout de même à sortir de votre chambre et à prendre le bus pour visiter une forêt et une plage notamment. Le jeu offre un mini-jeu de jardinage, des démos jouables de jeux Pokémon Mini, et même des cartes à collectionner, achetables par le télé-achat ou données par les Pokémon rencontrés dans les différents lieux si vous répondez correctement à leurs quizz.

Le jeu fournit au passage un épisode exclusif d'une aventure des Frères Pichu (qui comporte une scène 3D à la qualité discutable).


Enfin, le public Européen, pour compenser l'absence totale de l'évènement Celebi qui était offert aux acheteurs japonais et américains de Colosseum, eut l'exclusivité du tout premier évènement Jirachi jamais distribué, pour les versions Rubis et Saphir. Bien entendu, cet évènement est encore accessible de nos jours à qui possède une partie terminée de RS.

Pokémon Box : Ruby & Sapphire

Vous connaissez probablement la Banque Pokémon.
Pokémon Box, c'est à peu près la même chose, mais sur une carte mémoire GameCube, et donc sans abonnement - et donc c'est mille fois mieux.
Box offre un nombre imposant de boîtes de stockage Pokémon, quelques Pokémon avec des coups inhabituels à récupérer en oeufs (Tylton Faux-Chage, Zigzaton Vit. Extrême, Pichu Surf), un mode oubliable où vous pouvez exposer des pions représentant vos Pokémon entreposés, et, cerise sur le gâteau, un mode vous permettant de poursuivre votre partie de Pokémon Rubis/Saphir sur votre téléviseur, tout ça sans Game Boy Player.

En Europe, ce jeu ne fut pas vendu et ne pouvait s'obtenir que de deux façon : Soit vous achetiez le pack GameCube/Pokémon Colosseum, qui l'offrait en bonus, soit vous dépensiez 4000 points sur le Club Nintendo. En sachant que pour 4000 points vous pouviez aussi obtenir Zelda Majora's Mask GameCube, le choix pouvait s'avérer cornélien...

Pokémon Colosseum

Lorsque The Pokémon Company laisse à d'autres que Game Freak le soin de faire des RPG Pokémon, ça donne du très lourd.
Pokémon Colosseum vous place dans la peau d'un brigand repenti, ex-membre de la Team Snatch, une sorte de Team Rocket de la région désertique de Rhode. Il rencontre rapidement une jeune fille capable de repérer des Pokémon teintés d'une aura obscure. Avec l'aide du snatcheur, il va donc se mettre en quête de voler à leurs dresseurs tous les Pokémon obscurs. Face à lui se dressent non seulement la Team Snatch, mais aussi toute une organisation plus néfaste encore.


Dans des environnements aussi variés qu'un village forestier, une cité de racailles, un underground mafieux ou une oasis dans le désert, vous ne rencontrerez aucun Pokémon sauvage, et ne ferez que des combats doubles. Les Pokémon obscurs, une fois capturés, ne savent faire que la Charge Obscure, un coup un peu type bélier, qui devient plus puissant lorsqu'ils se mettent en colère. Vous devrez les calmer en combattant, puis les purifier pour rendre leurs coups accessibles et les rendre utilisables en tant que Pokémon normaux (et transférables sur GBA, au passage).
Le jeu se démarque par un scénario inventif, une 3D impeccable, et des musiques d'excellente qualité, dont le ton semble bien loin de l'univers musical Pokémon habituel.

Et puis parmi les méchants, on compte l'inénarrable Bouledisco.

Vert-Feuille/Rouge-Feu

Les fameux remakes de la première génération, restaurant au passage les maps originales japonaises de la Grotte Inconnue d'Azuria. Le style graphique diffère un peu de Rubis et Saphir, ce qui donne à RFVF une identité propre. Pas de problème d'horloge ici. Il y a bien des baies, mais leur gestion ne dépend que du nombre de pas que vous faîtes.
On joue au jeu pour revivre la première génération bien sûr, mais aussi pour accéder aux îles Sevii : Sept îles (sans compter les îles évènement bloquées à moins d'avoir les tickets pour y accéder) qui font un beau lien avec OAC/HGSS.


Outre les chaussures de course et les nouveautés de RS, RFVF apporte des nouveautés plus subtiles, notamment l'arrivée dans la série des icônes représentant les objets - eh non, elles n'étaient pas là lors des opus précédents. C'est aussi le grand retour du Cadeau Mystère (qui avait été remplacé par l'équivalent Evènement Mystère dans Rubis/Saphir), et une première vraie tentative de connexion sans fil pour Game Freak, qui fournit avec chaque opus vendu un adaptateur sans fil.

Pokémon Emeraude

Réalisé avec le moteur de RFVF, Emeraude prend Rubis et Saphir et les refaçonne d'une façon totalement nouvelle. La pile d'horloge est toujours là, bien sûr.

En dehors de ça, Emeraude met l'accent sur les combats doubles, le scénario est totalement réécrit pour donner autant d'importance aux deux Teams, on peut capturer les pokémon légendaires de Rubis et de Saphir. Le téléphone de OAC fait son retour, et il est cette fois possible de réaffronter les champions d'arènes une fois le jeu fini, en combats doubles bien entendu.

Emeraude, c'est aussi le seul jeu de la série (enfin il me semble, peut-être qu'y en avait dans Platine) à proposer des combats en intersection : Un premier dresseur vous voit, un second vous voit à son tour, et pof, combat double contre les deux.

Pokémon XD : Le souffle des ténèbres

"Le mieux est l'ennemi du bien", dit-on. Pokémon XD, c'est la suite de Pokémon Colosseum, avec un héros beaucoup plus commun - voire totalement oubliable par rapport au charismatique voyou de Colosseum. En revanche, le nombre de lieux explorables et de Pokémon à snatcher décuple, et il est possible de capturer des Pokémon sauvages. On commence déjà à entrevoir la génération suivante, avec des caméos de Manzai et Goinfrex.

Je n'ai pas grand chose à dire sur ce jeu, n'y ayant joué qu'une fois à sa sortie, mais si vous avez aimé Colosseum, il n'y a vraiment pas de raison de snobber cet excellent opus à la durée de vie titanesque, avec plus de variétés dans les attaques de Pokémon obscurs, et des processus de purification simplifiés.

Pokémon Dash

Alors que le monde avait encore les yeux rivés sur les écrans de Game Boy Advance, Nintendo annonce puis sort la Nintendo DS : Deux écrans dont un tactile, et une puissance permettant à l'éditeur de sortir des jeux en 3D. De plus, la console dispose d'un slot GBA.
Pour accompagner la sortie de la console, plusieurs titres sont proposés, dont l'ignoble Pokémon Dash.

Enfin ignoble... Il s'agit d'un jeu de course à pieds, où vous ne contrôlez que Pikachu. Brancher un Pokémon GBA permet de débloquer des pistes de circuit personnalisés aux couleurs des Pokémon que vous aurez attrapé. Le problème c'est que le jeu, en plus d'être mal fichu, est répétitif au possible. On s'ennuie vite. Pokémon Dash est ce que la troisième génération a le plus raté.

Pokémon Donjon Mystère Bleu & Rouge

Donjon Mystère Rouge est historiquement le dernier Pokémon sorti sur GBA. Quant à Donjon Mystère Bleu... C'est la même chose, tactile, sur DS. On ne présente plus la série Donjon Mystère, mais ces versions Bleue et Rouge, qui en furent les précurseurs, sont bien issues de la troisième génération. En tant que jeux de donjons aléatoires, ils sont plutôt sympa et offrent un scénario correct. Il paraît qu'ils ont mal vieilli par rapport à leurs successeurs, mais en ne prenant pas ça en compte il est tout à fait possible de passer du bon temps avec.

Pokémon Link

Aussi connu sous le titre Pokémon Trozei, Pokémon Link est historiquement le dernier jeu Pokémon de la troisième génération. C'est un jeu de puzzle aux graphismes un peu cartoon, et c'est un excellent match-3, bien plus jouissif que toutes les bêtises qu'on peut avoir sur smartphone aujourd'hui. Vous pouviez y capturer les 386 Pokémon. Par contre, terminer le jeu à 100% relève du vrai challenge, étant donné que la difficulté devient vite plutôt corsée ! Un spin-off de haute volée, pourtant.

Voilà, nous avons fait le tour des jeux de la troisième génération. Des jeux qui, vous l'aurez constaté, se sont principalement répartis sur trois consoles, de 2003 à 2006, avant l'arrivée de Diamant et Perle sur DS.

Pour retenir l'essentiel, les meilleurs jeux de la liste sont RF/VF et Emeraude sur GBA, Colosseum et XD sur GameCube. RFVF forment historiquement le premier vrai remake de la licence, et il est de très bonne qualité. Emeraude, c'est Rubis/Saphir véritablement magnifié. Colosseum et XD restent, encore aujourd'hui, les seuls RPG Pokémon avec un scénario et un gameplay totalement à l'antipode de la série, probablement parce que ce ne sont pas des jeux produits par Game Freak. Il est à ce titre dommage qu'aucun remake, qu'aucune suite à ces opus ne soit prévue sur consoles actuelles, car ceci, mes amis, ferait un carton sans aucune difficulté.


Dernière édition par Gold le Lun 7 Nov - 10:39, édité 1 fois



Gold
Modérateur Gold
avatar

Date d'inscription : 03/06/2015
Messages : 808
Age : 26
Localisation : Labyrinth City

Voir le profil de l'utilisateur http://www.u-timelab.com

Revenir en haut Aller en bas

Un bon dossier que tu nous proposes aujourd'hui Gold. :) (J'vais finir par dire que c'est bien à chacun de tes articles. Mais c'est parce que c'est vrai, que voulez-vous ?)

De cette génération, je n'ai fait que les RPG sur Game Boy Advance et Donjon Mystère (que j'ai adoré en passant). J'ai toujours regretté de ne pas avoir fait les opus Gamecube qui sont, à priori, de très bonne facture. Malheureusement, je n'avais pas la Gamecube. :')
Gobou
Ancien Powerien
avatar

Date d'inscription : 08/04/2016
Messages : 1063
Localisation : Normandie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum