[Littérature - Débat] Ce que je ne pouvais pas dire - Jean-Louis Debré - La place du Conseil constitutionnel en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Ce que je ne pouvais pas dire de Jean-Louis Debré est un livre politique sorti aux éditions Robert Laffon en 2016. Il s’agit en fait d’un journal tenu par Jean-Louis Debré où il évoque, entre autres, ses neuf dernières années passées comme président du Conseil constitutionnel. Il revient notamment sur les décisions du Conseil, sur son rôle et ses évolutions. C’est d’ailleurs le principal intérêt du livre.
Par ailleurs, à défaut d’avoir pu le faire auparavant à cause de son devoir de réserve, il livre enfin son opinion concernant l’actualité politique française, mais aussi, sur les autres politiques. De plus, il nous offre des anecdotes croustillantes concernant ces derniers (la relation tendue qu’entretiennent J. Chirac et V. Giscard d’Estaing donne lieu à des échanges particulièrement savoureux).


Qu’est-ce que le conseil constitutionnel ?

Vous le savez probablement déjà si vous vous êtes un tant soit peu intéressé à la constitution de la Vème République, mais un petit rappel ne fait jamais de mal.
La Vème République s’inspire de l’équilibre des trois pouvoirs, théorisé par Montesquieu. Ainsi, il existe un pouvoir Exécutif (Président de la République + Gouvernement), un pouvoir Législatif (le Parlement, lui-même composé de l’Assemblée nationale et du Sénat), et enfin le pouvoir Judiciaire (Le Conseil constitutionnel). Si les deux premiers pouvoirs sont connus de tous, le rôle du Conseil constitutionnel est assez méconnu du grand public.
Ce prestigieux conseil (composé de quelques membres et des anciens présidents de la République) est chargé de vérifier la constitutionnalité des lois votées par le Parlement. Ainsi, il peut arriver que le Conseil rejette purement et simplement un projet de loi, ou en censurer une partie. Ainsi, il peut aller contre la volonté du Gouvernement et du Parlement, d’où le fait que cette institution doit veiller à son indépendance.


Qui est Jean-Louis Debré ?

Jean-Louis Debré est le fils de Michel Debré, connu, entre autres, pour être l’une des personnes ayant rédigé la constitution de la Vème République. Mais Jean-Louis Debré a également une solide expérience de la vie politique. Ministre, député, il est passé par les différents organes du pouvoir avant de devenir Président du conseil. Il est resté à neuf ans à ce poste.


Mon avis sur l’ouvrage

C’est un excellent ouvrage, assurément. Si vous êtes un passionné de politique, mais que les livres de campagne (format qui se multiplie comme vous l’avez sans doute remarqué) ne vous intéresse pas, c’est une très bonne alternative.
Il s’agit d’un témoignage rare et éclairé sur l’institution la plus méconnue de la Vème République. Le plus grand intérêt de ce livre est sans doute de permettre une meilleure compréhension du Conseil. De plus, si vous aimez les anecdotes, ce livre se défend très bien, et peut même se montrer assez comique par moment.
Enfin, Jean-Louis Debré revient sur les polémiques qu’il y a pu avoir autour du Conseil constitutionnel, et donne sa propre version des faits, ce qui est toujours intéressant.


Le défaut du livre

Le principal reproche qu’on pourrait faire à ce livre, c’est finalement un problème (qui n’en est pas vraiment un) qui est propre aux ouvrages politique : il ne s’agit pas d’un témoignage neutre.
Cela coule de source. Mais il faut quand même le savoir avant de lire ce livre. Oui, Jean-Louis Debré ne livre pas un portrait très attrayant de N. Sarkozy. Oui, J. Chirac est, quant à lui, quelqu’un qui paraît très sympathique en comparaison.
Ne vous méprenez pas, ce n’est pas à moi de dire si c’est une bonne vision des choses ou non. C’est à vous de vous faire votre propre avis en se basant sur vos convictions et les autres ouvrages qui ont pu être consacré à ce sujet.
Ce n’est un secret pour personne, Jean-Louis Debré est un chiraquien, et ses relations sont particulièrement tendues avec N. Sarkozy, qui, quant à lui, ne fais clairement pas partie du « clan Chirac » (Sarkozy avant soutenu E. Balladur en 1995, et s'est opposé au président J. Chirac alors qu'il était ministre de l'intérieur).



Débat : L’importance du Conseil constitutionnel : un frein pour la démocratie ?

En lisant ce livre, je me suis posé cette question : est-ce le Conseil constitutionnel doit constituer un rempart face à un Parlement et un Gouvernement démocratiquement élu ? Jean-Louis Debré se pose cette même question, à l’occasion de l’étude de la fameuse taxation à 75% sur les grandes fortunes (une proposition phare du candidat F. Hollande).
Si vous avez conservé des souvenirs de 2012, vous savez sans doute qu’il s’agit d’une proposition qui a, peut-être, permit au candidat socialiste de remporter la victoire aux élections présidentielles. Difficile donc de contester la légitimé de ce projet de loi étant donné qu’il a été porté par le peuple lui-même.
Pourtant, cette taxation à 75% n’a finalement pas vue le jour. Les sages ont tranché, il s’agit d’un impôt « confiscatoire », et rappelle que la fiscalité ne doit pas être un instrument de haine sociale.

De l’autre côté, on peut considérer que la présence du Conseil Constitutionnel permet d’empêcher certains politiques de mettre en place des lois démagogues pour donner l’illusion qu’ils sont « dans l’action ». Mais si on part de ce postulat, une autre question se pose alors : les sages sont-ils les plus à même de juger de la constitutionnalité d’une loi ?
J’ai ma propre opinion sur la question, mais j’aimerais connaître votre avis au préléable. N’hésitez donc pas à commenter, que ce soit le débat, ou le livre en lui-même (que je vous conseille, vous l’avez probablement compris).
Arcko
avatar

Date d'inscription : 08/04/2016
Messages : 1184
Localisation : Normandie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum