Pokémon et le traumatisme japonais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pokémon et le traumatisme japonais

Message par Gobou le Mar 17 Mai - 7:50

#1 – 17 Mai 2016 – Pokémon et le traumatisme japonais (Par Gobou – Pokémon Power)
Article thématique sur
Pokémon version X/Y (2013)


 X/Y, c’est avant tout l’histoire d’un homme qui a refusé son destin. Un destin où son Floette adoré décède au combat, au cours d’une guerre dévastatrice. Un destin où il se retrouve seul, à cause des injustices de la guerre.
Cet homme, c’est A.Z. Ce personnage ô combien mystérieux, qui apparaît uniquement dans X/Y, est l’ancien souverain de Kalos, il y a de ça plus de trois mille ans. Une bagatelle, d’autant plus qu’il est immortel. En effet, jadis A.Z construisit une machine lui permettant de donner la vie éternelle en échange de nombreuses vies. Ces vies sont celles des pokémons dont l’énergie permet de faire fonctionner la machine. Il l’utilise donc sur lui-même et sur Floette qu’il ressuscite par la même occasion. Mais le géant ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et décide de faire justice lui-même. Or, comme on le sait que trop bien, la justice est intrinsèquement liée à la haine et à la vengeance. Il transforme donc la machine en une arme de destruction massive et se venge des injustices du monde et apporte la paix par la même occasion. Une paix imposée par les armes ceci dit, pas par un soudain élan de fraternité entre les peuples.
Au-delà du caractère romanesque du scénario, Pokémon X/Y a le mérite d’évoquer des réalités graves, et qui se rattachent à un passé récent. Le choix d’implémenter dans le jeu une arme de destruction massive est loin d’être innocent. Je dirais même que c’est typique de la culture populaire japonaise du XXIème siècle. C’est révélateur d’un traumatisme japonais à l’égard de son Histoire.


Pokémon et la bombe nucléaire ?

Le fait historique évoqué à travers cette arme de destruction massive est relativement évident, on parle bien sûr des deux bombes nucléaires lancées par les américains contre les villes d’Hiroshima (6 Août 1945) et Nagasaki (9 Août 1945), durant la Seconde guerre mondiale. Ça date de plus de soixante-dix ans, hier à l’échelle de l’Histoire humaine. Le parallèle entre Pokémon et ces deux événements est-il farfelu ? On pourrait légitimement le penser, c’est pourquoi il faut observer ce qui se fait, par ailleurs, dans la culture japonaise.
Prenons ici deux exemples d’œuvres culturelles contemporaines japonaises : un shoñen à succès (Naruto) et un animé (Code Geass). Les deux partagent avec Pokémon un seul point commun, ils évoquent tous les trois la bombe nucléaire en lui donnant un tout autre nom. Dans Naruto, un antagoniste surnommé Pain souhaite utiliser des puissants démons pour créer une arme capable d’imposer la paix par la force, faute de pouvoir faire autrement. Il souhaite alors devenir un dieu qui dépasserait les structures étatiques en place (à savoir les villages ninjas). On retrouve globalement la même chose dans la deuxième partie de Code Geass avec une bombe nommé « Freyja », utilisé par un antagoniste dans un objectif similaire à celui de Pain.
La récurrence de cette thématique prouve l’existence d’un « traumatisme » japonais vis-à-vis de la bombe qui transparaît dans des œuvres de culture populaire. Il est donc plus que probable que Pokémon X/Y participe lui aussi à ce débat sur la bombe atomique et la dissuasion nucléaire.


La position de Pokémon vis-à-vis de la dissuasion nucléaire ?

La cinématique ci-dessus ne se contente pas de dénoncer l’arme nucléaire. En effet, on découvre qu’A.Z réussit à mettre fin à la guerre par l’utilisation de cette arme. Si on poursuit notre parallèle historique, le président Truman réussit à obtenir la capitulation du Japon peu de temps après Nagasaki, mettant ainsi fin à la Seconde guerre mondiale. Ainsi, dans le scénario de Pokémon X/Y, c’est bien l’arme de destruction massive qui a mis fin à la guerre.
C’est loin d’être une chose anodine. La nécessité ou non de l’utilisation de l’arme nucléaire contre le Japon pour mettre fin au conflit est un débat qui a passionné autant les historiens que les politiques. Le ministre japonais de la défense : Fumio Kyuma, a été contraint de démissionner de son poste en 2007 après avoir déclaré que les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki étaient « inévitables » pour mettre fin au conflit.

Courrier international a écrit:Dans un premier temps, Fumio Kyuma [originaire de Nagasaki] a refusé de revenir sur ses propos, et le Premier ministre, Shinzo Abe, l’a défendu, ne trouvant rien de répréhensible dans sa déclaration. Mais, devant la chute brutale de la cote de popularité du gouvernement, des critiques se sont élevées au sein de la majorité à l’approche des élections sénatoriales [prévues le 29 juillet]. Les deux hommes ont ainsi dû revenir sur leur position. Alors que les tragédies de Hiroshima et de Nagasaki touchent au fondement même de la société japonaise d’après guerre, le gouvernement a fait preuve d’un manque de sensibilité flagrant.

Mais Pokémon X/Y prend-t-il véritablement position sur ce sujet ? La réponse tend bien sûr vers la négative. Avec ce scénario, le jeu se contente de respecter des faits historiques avérés, à savoir la capitulation du Japon après les bombardements. Globalement, la série Pokémon a l’habitude d’émettre plus de question que de réponse. Il en est de même pour la question du surpeuplement mondial, incarnée par le personnage de Lysandre. Il n’est pas question ici de blâmer le jeu pour autant. Pokémon est avant tout une série qui n’a pas de vocation partisane. Mais tout bon médecin avant de guérir son patient, doit d’abord faire le constat, trouver le mal qui habite le malade.


Une mémoire qui transparaît dans la culture populaire ?

Nous employons ici le mot « mémoire » dans son sens le plus conceptuel, à savoir la mémoire collective. Nous définirons cette notion de façon scolaire en considérant qu’il s’agit d’un souvenir porté par une communauté d’individus ou/et par la volonté d’un Etat. Le génocide juif en est l’archétype en Europe occidentale.
Au Japon, ces bombardements sont commémorés chaque année, et la ville d’Hiroshima possède un cénotaphe (monument funéraire) où y est inscrit le nom de toutes les personnes décédées en Août 45. Pourtant, il s’agit d’un sujet extrêmement tendu, comme en témoigne l’affaire Fumio Kyuma. En revanche, on l’a vu ci-dessus, la culture populaire (dont fait partie la série Pokémon) y fait souvent référence. Mais avec quelques nuances toutefois :
==> Tout d’abord, dans Pokémon comme dans les autres exemples cités, la bombe atomique n’est jamais directement implémentée dans le scénario. Elle est souvent remplacée par un équivalent fictif (Freyja, démon ou arme de destruction massive). On peut émettre l’hypothèse, sans non plus en être certain, qu’il s’agit d’une autocensure de la part des développeurs de Game Freak. A titre personnel, je suppose que l’existence d’une arme qui peut donner la vie comme la mort répond davantage à des exigences de scénario plutôt qu’à une réelle censure. Mais peut-être qu’il s’agit des deux à la fois ? Un scénario qui s’adapterait à une censure ?
==> Pokémon ne se contente pas de dénoncer la bombe atomique. La série accorde au moins le crédit que ces bombardements ont permis la fin d’une guerre qui détruisait de nombreuses vies. C’est donc un jugement plus nuancé que « La bombe c’est mal. ». Il est probable que la société japonaise s’en sente en partie responsable, si du moins on en croit ce journaliste de « Lettre international » :

Lettre international a écrit:Le Japon s’était lancé dans une guerre insensée contre les Etats-Unis et il l’avait perdue. Et même lorsque la défaite était devenue évidente, il avait refusé de poser les armes. Le Japon d’après-guerre ne s’en est-il pas senti responsable ? Peut-être cette mauvaise conscience transparaît-elle à travers la déclaration de M. Kyuma.


Conclusion

Effectuer une analyse si approfondie sur un jeu vidéo tel que Pokémon n’a rien d’exagéré. Le monde vidéoludique est un média, une œuvre culturelle au même titre que le cinéma ou la littérature. Or, toute création artistique peut être engagée. Même Pokémon.
On pourrait par ailleurs poursuivre le parallèle entre le scénario de X/Y et la bombe nucléaire en évoquant les pokémons dont l’énergie a servie à alimenter l’arme. Est-ce un moyen de représenter les conséquences de la bombe sur la nature ? Probablement.
Quoi qu’il en soit, il semble que ce « traumatisme japonais » transparaît dans la culture populaire, et Pokémon ne s’en prive pas avec cet opus. Il semble que la série souhaite proposer deux niveaux de lecture. Le premier niveau est le scénario comme divertissement, et le second, une réalité sociale, historique et politique. Le journaliste culturel français Antoine Leiris expliquait très récemment que l’art et la culture est un meilleur reflet de la société que l’actualité elle-même. A méditer.


Bibliographie
• SHIMBUN Asahi, « Japon. Hiroshima et Nagasaki, "inévitable" ou impardonnable ? », Courrier international, 18/01/2011 - 15:18
http://www.courrierinternational.com/article/2007/07/04/hiroshima-et-nagasaki-inevitable-ou-impardonnable
• SHIMBUN Asahi, « Japon. L’embarrassante question de la bombe A », Courrier international, 11/07/2007 - 12:51
http://www.courrierinternational.com/article/2007/07/12/l-embarrassante-question-de-la-bombe-a


***************************

En guise de premier article sur Pokémon Power, je souhaitais faire quelque chose pour le moins originale. N'hésitez pas à donner votre avis.
Et pour ceux ou celles qui considèrent que cet article ressemble trop à une dissertation et/ou trop tiré par les cheveux, je vous rassure : les articles à venir sont bien plus classiques mais n'en demeurent pas moins polémique. ;)
Gobou
Ancien Powerien
avatar

Date d'inscription : 08/04/2016
Messages : 1048
Localisation : Normandie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pokémon et le traumatisme japonais

Message par Gold le Mar 17 Mai - 13:59

Ah effectivement, un pavé original et documenté, continue comme ça (:



Gold
Modérateur Gold
avatar

Date d'inscription : 03/06/2015
Messages : 801
Age : 26
Localisation : Labyrinth City

Voir le profil de l'utilisateur http://www.u-timelab.com

Revenir en haut Aller en bas

Merci ; content que ça te plaise Gold. Vu le sujet, j'appréhendais les retours. :p
Autrement, je l'avais déjà fait savoir au sein du staff mais les articles de ces prochaines semaines sont déjà écrits (j'y ai passé mon Week-end ;p). Au programme donc :
20 Mai : Article thématique
24 Mai : Test
27 Mai : Article thématique
31 Mai : (Si je valide ma période d'essai) Test


~ On dit que les Normands n’aiment pas beaucoup parler
Ce n’est pas qu’ils n’aiment pas parler, c’est qu’ils n’aiment pas répondre.
Ce qui n’est pas la même chose. ~
Fred Vargas
Gobou
Ancien Powerien
avatar

Date d'inscription : 08/04/2016
Messages : 1048
Localisation : Normandie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pokémon et le traumatisme japonais

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum